Prendre conscience de nos privilèges et de ceux des autres est un premier pas pour détecter les angles morts qui génèrent de la violence invisible.

L’autre réflexion sur les privilèges est de comprendre les limites d’accès aux ressources internes ou externes que peuvent avoir les personnes ou organisations autour de nous.

Cette double vue, des privilèges que chacun.e peut avoir ou dont chacun.e peut être privé.e permet de voir les privilèges “en plein et en creux”.

L’exemple commun est celui de 2 personnes qui ont des pouvoirs d’achat très différents. L’une peut se payer ce qu’elle veut et l’autre doit faire attention.

Ces 2 personnes décident d’aller déjeuner ensemble mais l’une pense au restaurant et l’autre à un sandwich en boulangerie. L’une a le privilège du choix, l’autre pas.

C’est ici la plus aisée qui peut faire preuve de NonViolence en comprenant les limites de l’autre et en cherchant avec elle la meilleure stratégie pour déjeuner ensemble en respectant les limites de l’autre.

Nous vivons quotidiennement ces genres de situations avec de forts différentiels de ressources entre un adulte et un enfant, une personne qui parle la langue locale ou qui ne la parle pas, un dirigeant et un salarié, etc.

Quand les différences d’accès aux ressources sont aussi évidentes, il est naturel que celui ou celle qui voit la limite de l’autre fasse l’effort de prendre soin de la relation avec l’autre.

Mais le manque d’accès aux ressources n’est pas toujours si évident à comprendre. Il arrive même que certaines personnes veulent cacher ce manque d’accès qui pourrait être jugé comme dévalorisant ou comme un frein pour évoluer.

Qu’en pensez-vous ?

Qu’est ce qui est présent pour vous à la lecture de ces lignes ?

J’ai la croyance que l’être humain est avant tout un être sociable qui grandit de ses interactions avec les autres humains, les systèmes, le monde.

J’ai la croyance que nous avons naturellement plaisir à prendre soin des limites d’un enfant, de toute personne ou organisation avec laquelle nous souhaitons créer du lien.

Mais encore faut-il avoir conscience de ces limites d’accès quand la personne ou l’organisation ne les montre pas ou cherche à les cacher pour ne pas être rejetée.

Parlons-en sur Facebook, LinkedIn ou en vrai dans la vie ?

Autres épisodes

Épisodes précédents :

Épisodes suivants :

Alexandre

Alexandre

Ma raison d'être : Contribuer au Cercle vertueux de la NonViolence Systémique. (NonViolence vient de Ahimsa qui est source de la "Non-Violence" ou "Non Violence".)

Lancer la discussion
Scan the code
WhatsApp du Cercle 🕊️
Bonjour 👋
Si vous avez besoin de renseignement, vous pouvez lancer la discussion ici via WhatsApp.
Nous vous répondrons au plus vite.