Martin Luther King, prix nobel de la paix, pour son engagement non-violent contre la ségrégation racial, a toujours envisagé la non-violence comme un acte de résistance engagé et engageant. 

Dans son essai “Pèlerinage vers la Non-violence », il décrit les 6 piliers fondamentaux à sa vision la non-violence. 6 piliers emprunts de courage et de spiritualité. C’est une base précieuse pour enraciner notre contribution à la non-violence.

Principe 1 – la non-violence active

Ni paillasson, ni hérisson. La non-violence selon Martin Luther King est un mode de vie, une posture émotionnelle et spirituelle qui demande du courage.  Il ne s’agit pas de ne pas réagir, ou de rester passif, c’est une force active non-violente qui résiste à l’injustice, utilise l’indignation vertueuse des êtres humains. Une force vitale au service du changement et de la réconciliation.

Principe 2 – la réconciliation

Réagir et s’indigner avec courage, non pas par l’humiliation qui génère violence et amertume mais en créant un lien humain, un lien d’amour permettant la compréhension et la réconciliation. Ce que King appelle une communauté bien-aimée, une communauté régie par l’amour divin. Le concept de non-violence selon King contribue à créer un monde réconcilié, où les relations entre les peuples sont tels que la justice prévaut et les personnes atteignent leur plein potentiel humain.

Principe 3 – les racines du mal

L’enjeu de la non-violence se dirige contre les forces du mal, les principes, et non contre les personnes. Ce n’est pas un combat entre les Noirs et les Blancs, mais entre la justice et l’injustice. L’approche non-violente se concentre sur les conditions, les politiques et les pratiques du conflit.

Principe 4 – accepter la souffrance

Le résistant non-violent est prêt à supporter la violence si c’est nécessaire, mais pas de s’en servir lui-même en guise de riposte. Lorsqu’elle est choisie, la souffrance est rédemptrice et aide le mouvement à grandir dans une dimension à la fois spirituelle et humanitaire et signale son importance de la cause à sa propre communauté ainsi qu’à l’adversaire.

Principe 5 – la non-violence intérieure

La non-violente ne cherche pas seulement à éviter de se servir de la violence physique ou extérieure, elle concerne aussi notre être intérieur. Elle consiste à refuser la haine et à vivre selon des principes fondés sur l’amour en brisant le cercle vicieux de la haine et de la violence et retrouver la fraternité humaine.

Principe 6 – l’univers est du côté de la justice

Selon King, la vérité est universelle. La société humaine et chaque être humain sont orientés vers le sens juste de l’ordre de l’univers. Les valeurs fondamentales de toutes les grandes religions du monde incluent le concept selon lequel l’arc moral de l’univers est long, mais penche vers la justice. Pour l’adepte de la non-violence, celle-ci invite à un nouveau contexte moral dans lequel la non-violence est à la fois la fin et les moyens.

Marie Mayyas

Marie Mayyas

(Re)Source du Cercle de la NonViolence. Se relier à son humanité pour se relier à l'Humanité.